De l’Afghanistan prise 2

Ça joue rough dans les coins quand vient le temps d’aborder la question des troupes supplémentaires en Afghanistan.

Cependant, je retiens une chose, c’est le quasi néant d’arguments des pacifistes. Surprenant car cette clique  (dont je fais partis parfois) est souvent prompte à une joute intellectuelle serrée et constructive. Or, cette fois-ci, on traite Obama de warmonger, d’émule de Bush, qu’il ne mérite pas son Nobel, etc. Personne ne s’intéresse vraiment à la situation froide sur le terrain et de la géopolitique très complexe de la région. La finalité de la paix doit, corriger moi si je me trompe, primer sur les conséquances du retrait à ce que je peux comprendre.

Voici donc un petit rappel des forces en présences avec leurs intérêts.

L’Iran : Pays Chiite et riche en pétrole et gaz (deuxième réserves mondiales). Ses ambitions sont régionales et recherche la reconnaissance de son régime par l’arme nucléaire. N’a pas les relations les plus harmonieuses avec le Pakistan qui habrite plusieurs mouvements sunnites radicaux qui voit dans le chiisme une insulte à l’Islam et ne mérite pas d’exister. Le pays voit d’un très mauvais oeil le retour des Talibans et aime mieux voir les occidentaux sur la frontière pakistanaise se battr contre les rebelles que sur sa frontière se préparant à attaquer…. ou pire, devoir aller faire le sal bouleau à la place de l’OTAN et attaquer l’Afghanistan.

L’Afghanistan : Le pays doit se demander comment faire pour garder les occidentaux le plus longtemps dans le pays afin de pouvoir garder la manne économique que représente les dépenses militaires et l’aide à la reconstruction. Froidement, l’Afghanistan est une succube dont tous essaie de retirer le plus du magot avec peu d’égards aux règles d’éthique. Même s’il y a certains progrès, tout reste encore à faire.

L’Inde : Le pays est a couteaux tirrés avec son voisin pakistanais. L’Afghanistan pourrait être la mère de tous les danger pour le pays. En effet, l’Afghanistan pourrait, en cas de retour à l’État en faillite, servir de base arrière d’entraînement de groupes paraînés par l’ISI (services secrets pakistanais) afin de déstabiliser l’Inde dans certains dossiers, tel le Kashmire. Le pire serait de voir le Pakistan renversé par les Talibans and friends et devenir une menace sérieuse à sa sécurité.

Le Pakistan : Désolé pour tous les Pakistanais qui liront ce blog, mais vous êtes les principaux « fouteurs de marde » de la région. En effet, le Pakistan n’est pas un exemple de pouvoir fort hébergeant des mouvements fanatiques obscurs et bien organisés tout en essayant de ménager la chèvre et le choux. En effet, le pays doit lutter contre ls mouvements islamistes radicaux afin de garder l’appuis des puissances occidentales tout en ne frappant trop fort ces groupes afin de ne pas nourrir une possible insurection. Ajoutez au mélange des services secrets qui rivalisent en machiavélisme avec le Mossad Israëlien et des armes nucléaires et vous avez un superbe cocktail explosif.

Maintenant, à tous les pacifistes, dites moi ce qui va se passer si nous retirons nos troupes d’Afghanistan?

Je crois que la réponse est assez simple. Après une lutte héroïque des troupes afghanes contres les rebelles et appuyée par l’équipement et l’argent des gouvernements Occidentaux, le pays se disloquera et retombera en guerre civile entre les nombreux clans et seigneurs de guerre.

Au mieux, cette guerre sera longue, fratricide et source d’instabilité régionale pour plusieurs années. Au pire, le jeux des alliances permettra à un mouvement Taliban 2.0 de triompher rapidement et utilisera le pays comme base arrière pour faire payer le gouvernement pakistanais d’avoir soutenu l’effort Occidental quitte a renverser Islamabad tout en utilisant l’Ouest du pays comme refuge pour attaquer et déstabiliser l’infidèle Chiite iranien. Et je ne fais aucunement mention des actions que l’Inde pourrait entreprende si sa sécurité devait être menacée.

Dans les deux cas, les armes nucléaires pakistanaises seront un objectifs des rebelles et il faudra pomper des sommes considérables d’argent de nos poches pour soutenir l’effort des armées afghanes et pakistanaises en espérant qu’elles restent unies et solidaires à leur gouvernement.

Je ne vois donc pas en quoi le retrait rapide des forces occidentales va être bénéfique pour nous et pour la région.

Alek

De la Guerre en Afghanistan

Câlisse que je déteste la guerre qui se déroule dans l’Est de l’Afghanistan.

C’est vrai, autant que je me dit que c’est un service à la planète d’essayer de foutre une volée à Al Qaeda et aux Talibans, autant je me demande ce qu’on fout la bas. En effet, on pourrait quitter et simplement téléguider les opérations à distance, laissant les afghans se démerder tout seul. On pourrait aussi convertir une bonne partie des fonds militaires en aide directe à la reconstruction et au développement…. pour reconstruire quoi? Ça c’est moins clair.

Aujourd’hui, le président Obama va annoncer l’envois de troupe supplémentaires pour mettre fin à l’nsurection sur la frontière avec le Pakistan. Un geste décrié par tous, même Dick Chaney (pour de mauvaises raisons). Micheal Moore s’en mêle aussi dans une vibrante lettre au Président.

Malgré tous ces bons arguments, je dois me pronnoncer  faveur du maintien des troupes dans ce coin du monde. La seule raison valable est le Pakistan voisin. Une poudrière prête à exploser à tout moment.  Cette poudrière serait relativement 

oubliée si le Pakistan n’avait pas d’armes nucléaires. Ces armes rendent le retrait des forces militaires délicat pour 2 raisons. Premièrement, garder des soldats en Afghanistan permet aux rebelles de tout accabit de se battre contre les méchants envahisseurs chrétiens (infidèles) occidentaux et utilisent moins leur ressources pour foutre le bordel au Pakistan. Deuxièmement, la nature ayant horreur du vide, le retrait de ces zones serait accompagné par une prise de contrôle par les Talibans et autres groupes associés aux zones tribales frontalières.

Il y a ici une double menace, soit permettre aux rebelles de réorganiser leur startégie et réaffecter leur ressources pour déstabiliser Kaboul et Islamabad tout en donnant un refuge à l’extérieur du Pakistan pour ces combattants. Bref, presque un retour ante belum en 2001.

Huit années de combat, dans une cause qui est quand même juste, pour revenir à la case départ. C’est pour cette raison que je crois que l’OTAN devra rester encore quelques années en Afghanistan afin de sécuriser le pays.

Finalement, il serait temps de négocier avec ces rebelles. Je crois que cela pourrait être la meilleure façon de pacifier le pays et intégrer tous les acteurs dans un projet cohérant.

 

Alek