Du Nobel d’Obama

Wow!

C’est ce que j’ai pensé en écoutant le discourt d’acceptation du prix Nobel de la paix du président Obama hier à Oslo.

Certes, une apologie de la guerre, le discourt du président n’était pas moins pertinent dans la remise en question des conflits et de leur présence. La lucidité avec laquelle il a su imbriqué paix et guerre dans l’aventure humaine et de sa définition de de la guerre juste donne vraiment à réfléchir sur ce que nous voulons et ce que nous pouvons en tant qu’être humain.

À part quelques creux et une propension à vouloir légitimer l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan qui étaient clairement destinées à convaincre l’électorat américain, son speech était brillant. Il a, au passage envoyé quelques flèches à l’administration Bush tout en restant humble et soulignant qu’il lui reste beaucoup de travail à effectuer pour avoir sa place dans l’histoire.

Je reviendrais plus tard avec une analyse plus poussée. En attendant, je vous conseille d’écouter le dit discourt en entier.

Il est en anglais et dure 36 minutes. Ça vaux cependant la peine de l’écouter au complet.

http://www.nytimes.com/2009/12/11/opinion/11fri1.html?_r=1&hp

Alek

Publicités

De l’Afghanistan prise 2

Ça joue rough dans les coins quand vient le temps d’aborder la question des troupes supplémentaires en Afghanistan.

Cependant, je retiens une chose, c’est le quasi néant d’arguments des pacifistes. Surprenant car cette clique  (dont je fais partis parfois) est souvent prompte à une joute intellectuelle serrée et constructive. Or, cette fois-ci, on traite Obama de warmonger, d’émule de Bush, qu’il ne mérite pas son Nobel, etc. Personne ne s’intéresse vraiment à la situation froide sur le terrain et de la géopolitique très complexe de la région. La finalité de la paix doit, corriger moi si je me trompe, primer sur les conséquances du retrait à ce que je peux comprendre.

Voici donc un petit rappel des forces en présences avec leurs intérêts.

L’Iran : Pays Chiite et riche en pétrole et gaz (deuxième réserves mondiales). Ses ambitions sont régionales et recherche la reconnaissance de son régime par l’arme nucléaire. N’a pas les relations les plus harmonieuses avec le Pakistan qui habrite plusieurs mouvements sunnites radicaux qui voit dans le chiisme une insulte à l’Islam et ne mérite pas d’exister. Le pays voit d’un très mauvais oeil le retour des Talibans et aime mieux voir les occidentaux sur la frontière pakistanaise se battr contre les rebelles que sur sa frontière se préparant à attaquer…. ou pire, devoir aller faire le sal bouleau à la place de l’OTAN et attaquer l’Afghanistan.

L’Afghanistan : Le pays doit se demander comment faire pour garder les occidentaux le plus longtemps dans le pays afin de pouvoir garder la manne économique que représente les dépenses militaires et l’aide à la reconstruction. Froidement, l’Afghanistan est une succube dont tous essaie de retirer le plus du magot avec peu d’égards aux règles d’éthique. Même s’il y a certains progrès, tout reste encore à faire.

L’Inde : Le pays est a couteaux tirrés avec son voisin pakistanais. L’Afghanistan pourrait être la mère de tous les danger pour le pays. En effet, l’Afghanistan pourrait, en cas de retour à l’État en faillite, servir de base arrière d’entraînement de groupes paraînés par l’ISI (services secrets pakistanais) afin de déstabiliser l’Inde dans certains dossiers, tel le Kashmire. Le pire serait de voir le Pakistan renversé par les Talibans and friends et devenir une menace sérieuse à sa sécurité.

Le Pakistan : Désolé pour tous les Pakistanais qui liront ce blog, mais vous êtes les principaux « fouteurs de marde » de la région. En effet, le Pakistan n’est pas un exemple de pouvoir fort hébergeant des mouvements fanatiques obscurs et bien organisés tout en essayant de ménager la chèvre et le choux. En effet, le pays doit lutter contre ls mouvements islamistes radicaux afin de garder l’appuis des puissances occidentales tout en ne frappant trop fort ces groupes afin de ne pas nourrir une possible insurection. Ajoutez au mélange des services secrets qui rivalisent en machiavélisme avec le Mossad Israëlien et des armes nucléaires et vous avez un superbe cocktail explosif.

Maintenant, à tous les pacifistes, dites moi ce qui va se passer si nous retirons nos troupes d’Afghanistan?

Je crois que la réponse est assez simple. Après une lutte héroïque des troupes afghanes contres les rebelles et appuyée par l’équipement et l’argent des gouvernements Occidentaux, le pays se disloquera et retombera en guerre civile entre les nombreux clans et seigneurs de guerre.

Au mieux, cette guerre sera longue, fratricide et source d’instabilité régionale pour plusieurs années. Au pire, le jeux des alliances permettra à un mouvement Taliban 2.0 de triompher rapidement et utilisera le pays comme base arrière pour faire payer le gouvernement pakistanais d’avoir soutenu l’effort Occidental quitte a renverser Islamabad tout en utilisant l’Ouest du pays comme refuge pour attaquer et déstabiliser l’infidèle Chiite iranien. Et je ne fais aucunement mention des actions que l’Inde pourrait entreprende si sa sécurité devait être menacée.

Dans les deux cas, les armes nucléaires pakistanaises seront un objectifs des rebelles et il faudra pomper des sommes considérables d’argent de nos poches pour soutenir l’effort des armées afghanes et pakistanaises en espérant qu’elles restent unies et solidaires à leur gouvernement.

Je ne vois donc pas en quoi le retrait rapide des forces occidentales va être bénéfique pour nous et pour la région.

Alek

De la Guerre en Afghanistan

Câlisse que je déteste la guerre qui se déroule dans l’Est de l’Afghanistan.

C’est vrai, autant que je me dit que c’est un service à la planète d’essayer de foutre une volée à Al Qaeda et aux Talibans, autant je me demande ce qu’on fout la bas. En effet, on pourrait quitter et simplement téléguider les opérations à distance, laissant les afghans se démerder tout seul. On pourrait aussi convertir une bonne partie des fonds militaires en aide directe à la reconstruction et au développement…. pour reconstruire quoi? Ça c’est moins clair.

Aujourd’hui, le président Obama va annoncer l’envois de troupe supplémentaires pour mettre fin à l’nsurection sur la frontière avec le Pakistan. Un geste décrié par tous, même Dick Chaney (pour de mauvaises raisons). Micheal Moore s’en mêle aussi dans une vibrante lettre au Président.

Malgré tous ces bons arguments, je dois me pronnoncer  faveur du maintien des troupes dans ce coin du monde. La seule raison valable est le Pakistan voisin. Une poudrière prête à exploser à tout moment.  Cette poudrière serait relativement 

oubliée si le Pakistan n’avait pas d’armes nucléaires. Ces armes rendent le retrait des forces militaires délicat pour 2 raisons. Premièrement, garder des soldats en Afghanistan permet aux rebelles de tout accabit de se battre contre les méchants envahisseurs chrétiens (infidèles) occidentaux et utilisent moins leur ressources pour foutre le bordel au Pakistan. Deuxièmement, la nature ayant horreur du vide, le retrait de ces zones serait accompagné par une prise de contrôle par les Talibans et autres groupes associés aux zones tribales frontalières.

Il y a ici une double menace, soit permettre aux rebelles de réorganiser leur startégie et réaffecter leur ressources pour déstabiliser Kaboul et Islamabad tout en donnant un refuge à l’extérieur du Pakistan pour ces combattants. Bref, presque un retour ante belum en 2001.

Huit années de combat, dans une cause qui est quand même juste, pour revenir à la case départ. C’est pour cette raison que je crois que l’OTAN devra rester encore quelques années en Afghanistan afin de sécuriser le pays.

Finalement, il serait temps de négocier avec ces rebelles. Je crois que cela pourrait être la meilleure façon de pacifier le pays et intégrer tous les acteurs dans un projet cohérant.

 

Alek

Ovechkin VS Crosby #7 et la stratégie militaire de l’antiquité

crosby ovie

La finale avant la finale, le match de la décennie, la confrontation des supervedettes, nommez un superlatif sportif et vous pouvez l’appliquer au match de hockey Pittsburg-Washington qui devait avoir lieu hier soir.

Alors, comment s’est passé le match…… et bien…. et bien…… patate….. 6-2 pour les chummés de Crosby

Mais pourquoi une telle débandade? Je me posais la question ce matin et je me suis rappellé que j’avais une propriété intellectuelle à exploiter soit mon blog. Donc, je vais essayer d’expliquer ce désastre en vous racontant l’histoire de la tortue et de…… la tortue, il n’y a qu’elle d’impliquée ici.

Je parle bien sur ici de la tortue romaine, cette formation militaire qui a fait la pluie et le beau temps dans les siècle entourant la naissance de notre sauveur, Jésus Christ.

La tortue a prouvée son efficacité au combat et a donnée de grande victoire à Rome. Cependant, cette tactique avait une faille importante. Comme plus de 85% de la population est droitière, la tortue se fatigait plus vite sur le flanc gauche qui finissait par s’effondrer, laissant l’adversaire faire des ravages importants au sein de la tortue.

Pas que le flanc gauche des Capitals soit faible, Ovechkin patrouille cette section de l’arène. Mais que le temps a finit par révéler les faiblesses de cette impressionnante machine de hockey. On peut dire que le métier entre, à la dure. Rien n’a marché pour Washington et tout s’est mis en place pour les Pingouins. Je crois que Crosby est en voit de gagner sa première coupe… et son premier Conny Smythe.

Mais ne croyez pas qu’Alexandre the gr8 ne gagnera pas ces deux trophés, détrompez vous. Les prochaines années devraient voir trois ou quatre joueur devenir des pilliers de leurs équipes s’échangeants la coupe à chaque année. Ovechkin, Crosby, Price et Toews devrait faire la pluie et le beau temps dans la prochaine décennie.

En parlant de Toews, je viens de voir qu’il affrontera les Red Wings. Lui et ses tit-namis vont-ils rencontrer leur Waterloo contre la puissante machine rouge.

À suivre….

Alek

Make love, not war…. Fuck it, make love AND war (english)

 

Hell yeah!!!!

I found something very cute today on the net. It’s pink with flowers and can date my Hello Kitty AK-47. 

I feel you can’t wait to discover what it is.

Say hello to my blog’s new side arm….. Yeah Pinky Pistol.

It’s cute and lethal…. what else can i ask??

Hey girls, will you turn gun freaks with that??

 

pink-gun2

Fox News déclare la guerre au Canada

C’est rare que je commente l’actualité à partir du Journal de Québec, mais le texte en page 2 du quotidien m’a sidéré. Un commentateur de Fox News qui parle d’envahir le Canada. What the fuck?

Ça y est, j’ai déjà hâte de voir les troupes de Fox News débarquer au pays. Je vais acheter mon fusil, me poster à la frontière et tirer de l’américain en fin de semaine. J’espère qu’Ann Coulter va être la première à traverser, ça va être l’une des plus belle cibles.

Plus sérieusement, je crois que Greg Gutfeld, celui qui a émis ce commentaire, devrait aller se battre quelque semaine en Afghanistan ou en Irak. Il pourrait voir des gars qui sont rendu à leur 4ième séjour la bas, il pourrait voir de l’équipement qui s’use 6 fois plus vite que la normal, il pourrait aussi voir un pays où tout est à construire et ensuite il pourrait dire que nos gars sont des moumounes.

Je ne suis pas du type patriotique qui met des bumper stickers marqué support our troups. Je suis très critique de la manière dont nous effectuons la mission et conscient que ce pays est un tueur d’empire. Cependant, quand j’entends des inepties pareilles, je me rappelle cet autre bumper sticker qui disait : If you don’t stand behind our troups, feel free to stand in front of them. Qu’il aille sonner la charge dans les collines de Kandahar s’il n’est pas content

C’est l’a que le bât blesse, notre armée est très bien entraînée, bien équipée, nos soldats sont très compétents. Notre armée est considérée parmi les meilleures au monde par ses compétences. Il est cependant difficile de garder le fort alors que nos ressources sont limités, que notre gouvernement n’a pas fait la gaffe d’engendrer des déficits astronomiques pour soutenir l’effort de guerre et que les américains ont utilisés une partie de leur matériel et personnel dans une guerre idiote et coûteuse en Irak. Si ces forces avaient été utilisées en Afghanistan, la situation serait probablement moins critique et aurait permis aux pays alliés d’être moins sollicités.

Je vais arrêter, sinon je vais écrire des choses que je vais regretter.

Je vous laisse sur la vidéo, en angliche, du futur Prix Nobel de la paix.

Enjoy

Alek

Histoire d’eau ou un long fleuve qui ne sera plus tranquile

J’ai reçu un lien très intéressant de mon amie Charlotte Smoley ce matin. La conférence internationale de l’eau a statué que l’accès à cette ressource est considéré comme un besoin essentiel, mais pas un droit.

http://www.cbc.ca/world/story/2009/03/22/water-forum.html?ref=rss

Cette déclaration pourrait en surprendre plus d’un vu que l’eau est vitale. Or, quand on gratte un peu, on peut se rendre compte que la sémantique associé sert 2 objectifs clairs.

Premièrement, cela ouvre la porte à la commercialisation de la ressource. Elle devient une nécessité au même point que le pain ou le chauffage. En étant un droit, la ressource aurait pu être extraite et distribué sans que l’entreprise privée ou public puisse retirer un droit peu importe la raison. Ce n’est pas si mal si on pense que cela peut entrainer une taxe à la surconsommation. Cependant il ne faut pas être dupe non plus. Ce choix de mot permet aussi à l’entreprise privée de pouvoir tirer des redevances sur l’exploitation des systèmes d’aqueducs, l’embouteillage, etc.

Deuxièmement, En utilisant le terme de besoin et non de droit, les pays ayant de grandes ressources peuvent utiliser leurs réserves sans craintes de poursuites internationales ou pires, d’une population galvaudée qui voit leur droit brimé. Éviter des révoltes ou des guerres pour l’eau.

Ok, C’est bien beau, mais je ne crois pas qua ça change grand choses. Un pays en amont qui fait un barrage, asséchant du même coup le pays en aval, près de la moitié de la population qui va manquer d’eau et la désertification pèseront énormément dans la balance et comme la ressource est plus qu’essentielle, ça va finir à plusieurs endroits dans le sang.

Dans ma boule de cristal, je peux déjà entrevoir des conflits entre la Turquie et l’Irak ; Israël et tous ses voisins (qui l’aurait cru?) ; l’Égypte et le Soudan ; le Canada et les États-Unis et rajoutez tous les pays d’Asie centrale entre eux. Et ces conflits vont apparaitre peu importe la sémantique utilisée… droit ou besoin essentiel.

I drink to that

Alek

P.S.
Si vous voulez un bon divertissement qui effleure la problématique de l’eau, regardez Quantum of Solace, le dernier James Bond, qui sort en DVD demain. Je vous le réfère car c’est plus instructif qu’il en parait et ça pose les base de la futur dynamique entre l’eau et le pétrole.