Réponse à l’article de Serge Truffaut du Devoir

Incendies en Russie – Capitalisme sauvage

Serge Truffaut 10 août 2010  Europe

Des centaines de citoyens russes sont morts carbonisés ou intoxiqués. Des centaines d’animaux également. Des nuages opaques planent sur Moscou, mais aussi sur bien des villes, bourgs et villages, de la Sibérie à l’Oural. Tout un chacun le sait, des milliers d’hectares de forêts ont été décimés. Des lacs, des rivières, des nappes phréatiques ont été contaminés par des tonnes de produits toxiques enfermés dans des fûts ou dans des tonneaux dispersées ici et là depuis que Vladimir Poutine avait ordonné, alors qu’il venait d’être nommé premier ministre en 2000, la suppression du ministère de l’Environnement.

Tous ces constats, tous ces drames en cachent un autre qui va durer plus longtemps: la crise alimentaire, voire la famine, qui va frapper de plein fouet des millions de Russes. Car outre les forêts, des milliers et des milliers d’hectares de jardins potagers ont été eux aussi détruits. Or, on sait trop peu que la culture des fruits et légumes est vitale à la survie alimentaire de la grande majorité des habitants de cet immense pays.

Prenons l’exemple de la pomme de terre. Selon le journal en ligne Mediapart: «80 % de la consommation des pommes de terre de l’espace rural russe et des périphéries des villes est fournie par ces espaces qui permettent aux Russes de ne pas succomber au désespoir et à la malnutrition.» Les plans de tomates, de choux, de concombres et autres étant en cendres, le petit cultivateur est confronté à un double défi. Un, comment s’alimenter dès à présent? Deux, comment va-t-il se nourrir lors de la saison froide puisqu’il n’a plus la possibilité de faire ce qu’il fait chaque année: des conserves.

Restons sur ce front. La saison des champignons et des baies sauvages, essentiels à leur régime alimentaire, est passée à la trappe comme ce qui est nécessaire aux animaux. Bref, cette catastrophe, qui n’est pas un Act of God, s’est répandue tous azimuts à la vitesse grand V parce que les autorités ont observé, avec un fanatisme qui devrait ravir les adorateurs de la loi de la jungle, les commandements du laisser-faire intégral. Ainsi…

Ainsi, les camions de pompiers datent de la fin des années 70. Les deux tiers d’entre eux sont inutilisables depuis que le pouvoir central a décidé en 2007 de déléguer aux potentats locaux la gestion des forêts. Bien évidemment, ces derniers ont profité de cet ajout de responsabilités pour s’en mettre plein les poches. La vie humaine, ils s’en contrefichent. Avec une absence de remords qui fait écho à celle des dirigeants politiques, Poutine et consorts, et des oligarques.

À l’instar de ce qui fait dans bien des pétro-monarchies, les truands russes qui ont fait main basse sur les richesses du pays investissent à l’étranger. Ils achètent des clubs de football au Royaume-Uni ou des entreprises en Espagne ou en France. Au fond, la Russie est passée d’un extrême à l’autre: du stalinisme au capitalisme sauvage.

———————————————————————————————-

Cher M. Truffaut

J,ai lu avec intérêt votre article sur la Russie dans le Devoir et je suis passablement perplexe, voir déçu. J’ai décidé de vous écrire personnellement au lieu de m’épivarder sur les talkback de votre article sur le site du Devoir.

Premièrement, j’aimerais vous dire que vous avez une totale méconnaissance de la Russie. Vous propagez des clichés remâché que même The Economist ne se nourris plus depuis 2005 (et dieu sait comment ils ont été misérable dans leur couverture de la Russie jusqu’au milieu de la décennie) . Votre article a une bonne base certes, mais il s’effondre lamentablement dans une orgie de stéréotypes datant de l’ère Yeltsin.

Désolé pour cette mise en contexte expéditive et sèche, mais ayant fais des études de Sciences Politiques, continuant  ma maîtrise en géopolitique des questions pétrolières russe et surtout, pour avoir habité deux ans à Moscou et y entretenant toujours plusieurs amitiés, je me devais de vous dire à quel point votre article ne mérite pas de se retrouver dans les pages du meilleur quotidien au pays, toutes langue confondues.

La situation des feux de forêts russe est un savant mélange de facteurs qui ont créé les conditions dune catastrophe que je ne qualifierais pas d’annoncée, mais pas trop loin. En ce sens, vous dite que ce n’est PAS un act of god. Pourtant, l’Ouest du pays vie sa plus importante canicule de l’histoire (depuis qu’il y a des registres). Imaginez le Québec avec 30 jours avec des températures de 30 degrés et plus, des nuits qui ne voient pas la température descendre en bas de 25. Imaginez la SOPFEU, imaginez le Québec brûler. La canicule n’est pas une question de ministère de l’environnement, mais de climatologie. De plus, les feux autour de Moscou sont dans des tourbières. Un feu qui couve sous terre et qui extrêmement difficile à éteindre pour tous corps de sapeurs forestiers d’élites, ce que votre article ne mentionne pas. Ces tourbières ont été asséchées par les communistes pour s’en servir comme carburant d’où leur inflammabilité élevée. C’est pas la faute de Poutine quand même.

Oui les russes vont trouver les prochains mois difficiles. La production de blé est amputé de 10%, pas à cause des feux, mais plutôt de la sécheresse associé à cette canicule et aux mauvaises conditions atmosphérique dues à la fumée.Mais les russes ont passé au travers de pire, croyez moi. De plus, l’aide gouvernementale est l’une des plus généreuse de l’histoire. Le pays entier s’est mobilisé pour éteindre ces feux. Oui, il y a des lacunes et la gestion me semble très broche a foin, mais on est loin d’une république pétrolière se sacrant éperdument de ses habitant comme vous le dite. La Russie fait de son mieux selon ses capacités et connaissances dans une situation exceptionnelle, ferions-nous mieux? J’en doute fort (le verglas nous a paralysé un mois pour 3 jours de verglas, imaginez 3 semaines)

Pour revenir sur l’utilisation des fonds publics, que les dirigeants locaux détournent les fonds et que c’est pour cela que les camions de pompiers datent des années 70. Sachez, M. Truffaut, que la Russie devrait dépenser demain matin plusieurs trillion de Roubles pour ses infrastructures (elles sont si délabrées, qu’elle perd 3%, la moitié du Canada, de PIB annuellement). En proportion, c’est reconstruire un pays qui est 2 fois plus grand et 5 fois plus peuplé que le Canada. Tout cela sans injecter trop d’argent pour ne pas faire galoper l’inflation et en essayant de réduire au minimum la corruption. Un défi colossal qui s’échelonnera sur plus d’une génération. Les rentes énergétiques aident grandement, mais elles sont insuffisantes.

Je pourrais vous en parler longuement de la Russie. Pas celle des stéréotypes des observateurs étrangers, qui ont trop souvent jamais mis les pied dans la Radino (mère patrie) ou qui regarde le pays comme s’il n’avait pas évolué depuis les années 90, pire, voire depuis l’ère communiste. Mais je vais me taire. ne sachant même pas si vous allez porter le moindre intérêt à mon courrier.

Spacibo bolshoye

P.S. Si vous avez des questions, il me fera plaisir d’y répondre dans la mesures de mes connaissances.

P.P.S. Votre texte et ma réponse seront sur mon blogue plein de fautes d’orthographes : https://alek47.wordpress.com/


Aleksandre Lessard

Russian Scams

Russian Scammer (English text will follow) Un effet secondaire innatendu de mes années dans la Rodina (mère patrie en russe) est que, à tous les 3 mois, je recois un courriel, une demande sur Skype et même des téléphones pour me demander si la fille russe qu’ils ont rencontré sur internet est une succube ou la femme idéale.

Je dois avouer que c’est une drôle d’expertise que celle de démasquer ces voleurs (car parfois ce sont des hommes) qui proffitent de la naiveté ou le désir de vivre en couple de certains hommes esseulés.

Même si à chaque fois je me méfie de ces demandes, je finis toujours par les aider, car j’ai beaucoup d’amiEs en Russie et que ces filles sont, pour la plupart, plus que géniales et adorables. Toutes ces sirennes des temps modernes ne font que donner une mauvaise réputation à mes amies et à toutes les femmes russes.

Pourquoi je vous raconte ça ce matin? Je me sens exhibitionniste sur une insignifiante  parcelle de ma vie!

Bonne journée

Alek

PS : 

Voici des sites pour démasquer ces filles si vous croyez qu’elles vous attaquent directement ou indirectement

Here some sites to find out about East Europeans scammers. Very interesting and resourceful places to find information. If you need informations or advices about russian girls, feel free to contact me. I lived there and used to date them.

http://www.stop-scammers.com/

http://agencyscams.com

http://jimslists.com

Gazprom et la LNH

Cyberpresse titrait ce matin qu’Alexandre Medvedev, le grand patron de Gazprom et le la KHL n’était plus intéressé par l’achat d’une concession de la LNH. Cette décision viendrait d’une rencontre avec l’ami Bettman qui lui aurait signifié que sa ligue ne voulait pas voir un russe détenir une équipe professionelle en Amérique.

Que faut-il conclure de cette surprenante affirmation?

Premièrement, que Gazprom, dont l’État russe détient 50% +1 des actions de la compagnie, a perdu près de 66% de sa valeur boursière dans la dernière année et que la chute des prix du gaz font mal aux finances du Kremlin qui doit piger dans sa réserve stratégique afin que le pays ne plonge pas dans les abysses déficitaires. Il serait donc très mal vu que la vache à lait des russes utilise ses deniers pour acheter une équipe de hockey en Amérique que de payer les hôpitaux ou les routes (qui en ont terriblement besoin) dans la Mère Patrie.

Deuxièmement, Medvedev est aussi le propriétaire de la KHL (Ligue Continentale de Hockey). Selon les derniers rapports, la ligue ne va pas si bien que cela et comme Gazprom est LE commenditaire de cette nouvelle ligue, je crois que la survie de la KHL doit primer sur le glamour d’avoir un pied dans la NHL.

Finalement, je crois que la NHL est en sérieuses difficultés. En effet, depuis quelques semaines, elle est attaquée de toutes part et ses franchises plus pauvres sont la proie des vautours. Il y a eu le vautour en chef, Balsilli, avec son vol TRÈS intéressé au dessus des Coyotes agonisants. Un groupe d’homme d’affaire voulant acheter les Trashers d’Atlanta pour les amener dans le sud de l’Ontario, Gazprom qui lorgne Québec pour une équipe…. Bettmen est-il en train de perdre le contrôle? Est-ce que le rejet de Gazprom est une marque de panique?

Je crois plutôt que c’est un retour naturel des choses, que le marché du hockey retourne vers ses terres de prédilections et que M. le commissaire va devoir se soumettre au lois du marché.

Alek

PS
Plusieurs me demandent si le Medvedev de Gazprom et le même que le Medvedev président de la Fédération Russe. la réponse est non, le premier se prénomme Alexandre et le deuxième Dimitrii.

Bykov comme coach du CH

Vyacheslav Bykov, vous connaissez? Ancien joueur pour l’équipe de l’URSS qui est maintenant coach de l’équipe russe, il est selon moi le candidat idéal pour devenir coach du Canadien.

En effet, Coach Bykov possède toutes les qualités pour devenir un grand coach dans la LNH ainsi que mener le CH aux plus hauts sommets. Il possède un pédigré international de premier plan, il sait faire produire les joueurs russes, il est capable d’encadrer les jeunes, il est un excellent tacticien et…. et….. il parle français.

Oubliez tous les Roy, Hartley, Crawford et autres candidats au postes de coach de la Saint Flanelle, ça nous prend Bykov….

Pensez-y….. et répandez la rumeur 😛

 

Alek

P.S. Je me fais harceler par mes amis russes pour notre autre défaite face à la Radina…..

Wal-Mart de l’armement

Je me demande depuis quelques années quelles sont les motivations de l’OTAN d’étendre son influence vers l’Est.

Avec l’Ukraine et la Géorgie dans la mire de l’organisation Atlantique, il faudrait se poser des questions sur les véritables motivations de l’OTAN.

D’amblée, je comprends l’adhésion des pays Baltes, de la Pologne et de l’ex Tchécoslovaquie. Ayant eu des relations houleuses avec leur puissant voisin russe, ils veulent la protection de leur intégrité territorial et l’OTAN est, sincèrement, un meilleur pari qu’un organisme de défense commune chapeauté par Moscou. Cette même logique pourrait aussi s’appliquer à l’Ukraine et la Géorgie. Cependant, il y a Quelque chose qui me chicotte.

Je vous l’ai dit, je suis cynique et j’essaie de passer outre le discours officiel pour voir les autres aspects. Dans le dossier de l’élargissement de l’OTAN, je ne crois pas que c’est pour protéger les nouvelles démocraties d’Europe de l’Est. Je ne crois pas que c’est pour maintenir tranquille la Russie.

En fait, je crois que l’OTAN devient le plus grand marché commun de l’armement de l’histoire. En effet, il faut savoir que tous les pays membres de l’Alliance doivent standardiser une bonne partie de leurs arsenaux pour pouvoir être compatible avec les autres membres. Cette standardisation demande souvent le remplacement des équipements et ces nouveaux équipements sont fabriqués dans les autres pays alliés, mais surtout les USA. Quand on parle de cartouches, de fusils d’assaut et autre armes légères, cela n’est pas trop couteux. Cependant, quand vient le temps de discuter d’équipement lourd, la facture peut vite s’allonger. Que ce soit des avions, des chars, voir des navires, il faut dire que les armuriers se délecte de cette manne qui se profile.

J’ai l’impression que depuis la fin de la Guerre Froide, l’OTAN s’est recyclé en marché commun de l’armement afin de survivre à la crise existentielle que devait amenée la chute du communisme. Un marché qui ne donne pas grand chance aux nouveaux États membres de l’ex Bloc de l’Est qui avaient axé leur industrie militaire avec l’ex-URSS. Cette expansion donne donc à la France, l’Allemagne et surtout les USA un gros marché à leur industrie militaire.

Je discuterais de l’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie dans un prochain billet.

Alek

Bon article de Frédérick Lavoie

http://www.cyberpresse.ca/international/europe/200903/12/01-835692-washington-et-moscou-se-font-les-yeux-doux.php

Pris sur http://www.cyberpresse.ca

C’est chaud en arctique

Je ne parle pas ici du réchauffement climatique qui fait fondre petit à petit la blanche demeure des ours polaires. Je veux parler de l’actique comme l’une des place chaudes de la géopolitique mondiale.

La semaine dernière, un avion russe de type Bear (quadrimoteur à hélice) s’est aventuré dans l’espace aérien canadien. Bien sur, notre puissante force aérienne s’est fait un plaisir d’accuillir ce visiteur innatendu pour lui faire un petit tour du proprio… euh…. un petit détour vers sa patrie d’origine. Incident diplomatique? Non, les russes patrouillent le ciel de l’arctique depuis plusieurs décennies et il arrive, que parfois, ils « s’égarent » et entrent dans l’espace aérien canadien tout comme il arrive que les américains ou les canadiens « s’égarent » au dessus du kamtchatka ou de Novaya Zemlya. C’est de bonne guerre

L’arctique canadien est donc un une immense contrée gelée et survolée par des bombardiers stratégiques perdus que nos dévoués pilotes de CF-18 escortent sur le bon chemin.

Cependant, depuis quelques années, ce ne sont pas que quelques oiseaux de métals qui se perdent dans l’arrière cours des inuits. Ce sont des commandos danois, des sous marins nucléaires américains, des équipes de recherche en fond océaniques russe ou des pétroliers battant pavillon panaméen.

Le problème, c’est que le Canada ne possède pas les ressources nécessaires pour escorter tout ce beau monde chez eux et qu’ils ont parfois certaines motivations autre que se perdre. Les américains veulent que le passage du Nord Ouest soit soumi aux lois internationales sur les détroits et passages, les russes veulent prouver que leur plancher océanique leur appartient, les danois veulent quelques cailloux sur la frontière avec le Groënland et les norvégiens regarde cela en se disent : moi aussi!!

Les chemins se rendant à au nord ressemblent de plus en plus aux ponts de Montréal à l’heure de pointe, ça se bouscoule pour avoir son petit arpent de neige. J’exagère, je sais. Cependant, la possibilité que les glaces ser retirent, ouvrant des voies navigables et donnant accès aux ressources naturelle, commence à intéresser grandement certains États dont 3 des plus puissants, la Chine, les USA et la Russie. Ceux-ci commencent déja à contester l’autorité canadienne au nord et cela se fait par l’envoie d’expéditions maritimes, sous marines, voire militaires.

Le gouvernement conservateur à réalisé un bon coup en planifiant une plus grande présence du pays avec l’embauche de rangers, la construction de nouveaux brises glaces et la construction d’un port en eau profonde à Iqaluit. Je crois, par contre, que nous devons faire beaucoup plus. Il nous faut une base militaire digne de ce nom en arctique, développer les infrastrutures de transport et aider au développement afin d’avoir une chance de garder notre emprise sur le nord.

Trudeau avait ce phantasme de construire une deuxième capitale au nord et y siéger quelques semaines par année. J’aime cette idée, aussi démesurée que la construction des colonies pénitentiaires soviétique de Vorkuta et Oukhta dans la république de Komi, c’est du Trudeau à son meilleur et qui sait, l’une de ses seules bonnes idées sur l’unité nationale.

Alek