Gazprom et la LNH

Cyberpresse titrait ce matin qu’Alexandre Medvedev, le grand patron de Gazprom et le la KHL n’était plus intéressé par l’achat d’une concession de la LNH. Cette décision viendrait d’une rencontre avec l’ami Bettman qui lui aurait signifié que sa ligue ne voulait pas voir un russe détenir une équipe professionelle en Amérique.

Que faut-il conclure de cette surprenante affirmation?

Premièrement, que Gazprom, dont l’État russe détient 50% +1 des actions de la compagnie, a perdu près de 66% de sa valeur boursière dans la dernière année et que la chute des prix du gaz font mal aux finances du Kremlin qui doit piger dans sa réserve stratégique afin que le pays ne plonge pas dans les abysses déficitaires. Il serait donc très mal vu que la vache à lait des russes utilise ses deniers pour acheter une équipe de hockey en Amérique que de payer les hôpitaux ou les routes (qui en ont terriblement besoin) dans la Mère Patrie.

Deuxièmement, Medvedev est aussi le propriétaire de la KHL (Ligue Continentale de Hockey). Selon les derniers rapports, la ligue ne va pas si bien que cela et comme Gazprom est LE commenditaire de cette nouvelle ligue, je crois que la survie de la KHL doit primer sur le glamour d’avoir un pied dans la NHL.

Finalement, je crois que la NHL est en sérieuses difficultés. En effet, depuis quelques semaines, elle est attaquée de toutes part et ses franchises plus pauvres sont la proie des vautours. Il y a eu le vautour en chef, Balsilli, avec son vol TRÈS intéressé au dessus des Coyotes agonisants. Un groupe d’homme d’affaire voulant acheter les Trashers d’Atlanta pour les amener dans le sud de l’Ontario, Gazprom qui lorgne Québec pour une équipe…. Bettmen est-il en train de perdre le contrôle? Est-ce que le rejet de Gazprom est une marque de panique?

Je crois plutôt que c’est un retour naturel des choses, que le marché du hockey retourne vers ses terres de prédilections et que M. le commissaire va devoir se soumettre au lois du marché.

Alek

PS
Plusieurs me demandent si le Medvedev de Gazprom et le même que le Medvedev président de la Fédération Russe. la réponse est non, le premier se prénomme Alexandre et le deuxième Dimitrii.

Retour

Bonjour à tous mes passionnés lecteurs. J’aimerais m’excuser pour les dernières semaines plutôt arrides. Je dois vous avouer que j’ai tombé dans le vice je suis en train de vivre ma phase printanière de jeu vidéo. Donc je me suis shooté du Sim City 4 dans les veines pendant 10 jours. OUH!!! YEAH!!! Prend ça Régis, j’administre tellement mieux ma ville 😛

Alek

Red Bull Crash Course

La semaine dernière j’ai été invite à une réunion de mobilisation en vue des prochaines élections municipales de la Ville de Québec.

Regroupement intéressant de gauchistes, de groupements sociaux des quartiers centraux et de syndicalistes, cette expérience m’a été riche d’enseignement et de surprise. Voici un compte rendu et une analyse de cette réunion avec comme thème le Red Bull Crash Ice (RBCI) (tous les noms, lieux et organismes seront anonymes pour respecter les opinions et les personnes présentes)

Première constatation, tous veulent les mêmes choses, la revalorisation des institutions démocratiques municipales, le rejet du maire Labaume, la valorisation des défis écologiques et une politique urbaine axée sur le citoyen et non le tourisme, l’automobile et le commerce.

Deuxième constatation, ils rejettent la croissance économique à tout vent, ils ne peuvent concevoir que la droite peut avoir un esprit écologique et n’aime pas le RBCI

C’est cette dernière affirmation qui m’a fait tiquer un peu. Je suis conscient que le RBCI n’est pas l’idéal pour la vie de quartier Cependant, Quand on décide d’habiter dans les quartiers historiques, c’est une variable qu’il faut prendre en compte. J’habite moi-même dans un de ces quartiers et, malgré que ce soit parfois un peu frustrant, j’aime ça. Je me sens près de tout, je peux aller à n’importe laquelle des activités qu’offre le centre ville en moins de 20 minutes à pied. Si je ne veux pas y participer, c’est mon choix mais je ne dois pas cracher sur ceux qui y vont.

Ce que j’ai plus de misère, c’est le double discours de la gauche. D’un bord, on veut que les citoyens se réapproprient les quartiers centraux trop aseptisés par leur vocation touristique. On veut aussi un plan d’urbanisme qui met moins d’emphase sur l’automobile et plus sur revalorisation citoyenne (demandez moi pas ce que ça veut dire). De l’autre côté on s’insurge contre le RBCI pour pleins de raisons toutes aussi bonnes et moins bonnes les unes que les autres. Ce qui est difficile à avaler c’est que pour une fois, une activité permet d’attirer une masse nombreuse de citoyens de tous les quartiers qui utilisent en grand nombre les transports en commun et qui se déroule dans les lieux touristiques.

Je trouve ça un peu hypocrite. Mais en grattant un peu le bobo, on peut se rendre compte que ce que la gauche n’aime pas du RBCI c’est qu’elle attire les foules dans un but totalement ludique, que les citoyens n’ont pas à réfléchir, que c’est du pain et des jeux. Je suis le premier à monter aux barricades contre l’asservissement populaire, que la plèbe est peu éduquée et qu’elle devrait avoir un minimum d’intérêt dans la chose publique. Mais je crois aussi que nous avons tous le droit à des divertissements qui nous font oublier le quotidien et qui offre un spectacle sans prétentions. Je suis aussi contre cette idée de la gauche de faire de chaque lieu un endroit de responsabilisation et d’action citoyenne. Il faut redonner les lieux aux citoyens, mais il ne faut pas passer d’un lieu aseptisé à un lieu d’éducation populaire. Il faut que chacun puisse y trouver son compte. Dans le fond, c’est ca redonner les lieux aux citoyens, faire en sorte qu’ils se sentent bien peu importe leur origine sociale ou géographique, leur âge ou leur goûts musicaux.

Alek